header-img-04.jpg
OIF
Actualités

Madagascar - Sommet National des Jeunes 2017 : 21 régions sur 22 représentées

mardi 12 décembre 2017
Madagascar - Sommet National des Jeunes 2017 : 21 régions su ... Image 1

Sous le haut patronage de Monsieur ANDRIAMOSARISOA Jean Aniciet, Ministre de la Jeunesse et des Sports,
Sous le parrainahe de Monzieur RAVELOHARISON Herilanto, Ministre de l'Economie et du Plan,
Youth First et ses partenaires organisent le Sommet National des Jeunes intitulé "Le Madagascar que je veux pour 2018 et au-dela"
 Pour plus d'information: Youth First Facebook



En sa deuxième édition, le sommet national des jeunes ambitionne de devenir un évènement biannuel.

Environ 84 jeunes issus de 21 régions de la Grande-Île – et âgés de 17 à 30 ans – sont actuellement réunis à l’Hôtel Panorama Andrianarivo, Antananarivo dans le cadre du sommet national des jeunes 2017. Une initiative signée Youth First qui a pour objectif de donner “ un espace de dialogue et de partage aux jeunes malgaches afin qu’ils puissent participer – de façon active – au développement du pays “.

A cet effet, différentes sessions se consacrant sur quatre domaines – l’éducation, l’emploi, la bonne gouvernance et la politique publique – seront organisées. Ce, dans le but de “ rallier les participants afin de renforcer leurs compétences dans les domaines en question “. Une façon pour les organisateurs de s’assurer que les jeunes aient les ressources nécessaires et l’environnement favorable leur permettant d’intervenir dans les secteurs économique, social, culturel et politique du pays. Ainsi, des recommandations sur les quatre thèmes développés vont être apportées par les participants à l’issue du sommet en question. Une feuille de route nationale sur l’autonomisation des jeunes – se basant sur les réalités dans les sociétés – va également être proposée.

Obstacles. Il convient de noter que les jeunes constituent environ 60% de la population malgache. Un pourcentage considérable de la population qui a toutefois du mal à s’épanouir. Le manque de “ moyens “ explique la situation. Outre le côté financier de la chose, il y a également le problème lié à l’inexpérience et aux manques de compétences. Ce que Mirana, une participante au sommet national de la jeunesse et représentant la région d’Atsinanana a confirmé. “Nous voulons faire quelque chose pour apporter le changement dans nos sociétés respectives mais nous manquons de moyens techniques, financiers et organisationnels pour les réaliser” s’est-elle lamentée. Tina Razafinimanana, directeur exécutif du Youth First, quant à elle, note le côté financier du problème. “ Le manque de moyens financiers figure en tête de liste des obstacles auxquels les jeunes sont confrontés. En effet, environ 90% des associations de jeunes qui œuvrent dans le domaine du développement agissent dans le volontariat et par leur propre moyen” a-t-elle fait savoir. Lesdits moyens correspondant aux cotisations des membres des associations et aux fruits des collectes de fonds qu’ils ont effectués. Permettre une participation active des jeunes dans le processus de développement est une chose. Leur donner réellement les moyens pour y parvenir en est une autre.

José Belalahy

SOURCE de l'article

Appels d'offres et concours

Portraits et témoignages des volontaires

Camerounais Analyste Big Data, Institut de la Francophonie pour l’Ingénierie de la Connaissance pour ...
Ivoirien Chargé de communication web et nouveaux médias à l'Université de Montréal Montréal, Canada ...
Burkinabé Animateur en cartographie numérique OpenStreetMap et géomatique libre auprès du Centre d'E ...

Fils d’actualités

La Francophonie est plurielle et dynamique

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX:

icon instagram violet icon facebook violet icon twitter violet