header-img-02.jpg
OIF
Actualités

La 58e session ministérielle de la CONFEMEN racontée par les jeunes reporters du programme ‘’créons la suite’’

mercredi 30 mai 2018
La 58e session ministérielle de la CONFEMEN racontée par les ... Image 1
Sur la photo, l'Administrateur de la Francophonie, M. Adama OUANE et le Directeur de l'éducation et de la jeunesse, M. Ma-Umba MABIALA, avec des jeunes reporters

Par : Julien Ahuka et Thomas Mélé

Élèves de l’École secondaire Népisiguit de Bathurst

Bathurst accueillait la 58e session de la Conférence des ministres de l’éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN), du 20 au 24 mai. Assez méconnue du public, la CONFEMEN est un événement d’envergure, où ministres et représentants de 44 pays s’échangent des idées pour la réussite scolaire.

Personnellement, nous n’avions jamais entendu parlé de la CONFEMEN avant de nous inscrire au programme jeunes reporters « Créons la suite ». Arrivés mardi au Centre régional K.-C.- Irving, où se tenait la rencontre, nous avons pris la mesure de l’importance de l’événement en croisant les dignitaires.

Une centaine de ministres et délégués étaient au rendez-vous de la 58e session, dont le thème était Favoriser le développement de la petite enfance et garantir l’accès à une éducation préscolaire équitable et de qualité : un socle pour la réussite des apprentissages. Pour info, la CONFEMEN, fondée en 1960, est l’organisme le plus ancien de la Francophonie. Elle a pour but de promouvoir l’éducation et la formation professionnelle et technique.

reporters créons la suite
L'Administrateur de la Francophonie, M. Adama OUANE, interviewé par les jeunes reporters 
Dans le cadre de notre apprentissage, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec l’Administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Adama Ouane. L’éducation en français constitue une de leurs quatre grandes missions a-t-il indiqué, portée par la CONFEMEN. «La CONFEMEN a été créée autour des ministres de l’Éducation comme réunion de concertation pour impulser et promouvoir des politiques éducatives afin d’aider et transformer les systèmes éducatifs, créer les réformes», a précisé l’Administrateur de l’OIF.

Nous avons également eu le privilège de réaliser une entrevue avec le récent ministre de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation du Burkina Faso, en Afrique, Stanislas Ouaro, qui veut s’inspirer de ce qui se fait de mieux dans les pays développés. Selon ses dires, rendre l’éducation plus accessible constitue une des priorités de sa nation, principalement pour la petite enfance. Ils doivent aussi prendre en considération la montée du djihadisme dans la partie saharienne, à la frontière du Mali et du Niger, qui se révèle un obstacle supplémentaire pour eux. Il nous a confié que la situation a causé la fermeture de plus de 200 écoles depuis deux ans, affectant au-delà de 20 000 enfants.
«Pour cette session, nous attendons un renforcement plus accru de la collaboration entre le Nord (les pays développés) et le Sud (pays en voie de développement) et entre les pays du Sud, en matière d’éducation. Nous voulons relever tous nos défis en ce qui concerne la qualité de l’éducation et mobiliser des ressources supplémentaires pour cela, à travers la CONFEMEN», a déclaré M. Ouaro.

créons la suite brian kenny
Sur la photo, le minsitre Brian Kenny, entouré de Julien Ahuka et Thomas Mélé.
Par la suite, Brian Kenny, le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, a accepté un entretien avec nous. Il en avait à dire, surtout que la province a pris le flambeau de la présidence de la CONFEMEN pour deux ans, succédant ainsi au Gabon. «C’est un rôle très important. Ça va beaucoup aider le Nouveau-Brunswick, car maintenant, nous serons toujours impliqués. Il y a beaucoup d’opportunités pour nous de faire des partenariats avec d’autres pays, comme le Vietnam qui veut faire quelque chose au Nouveau-Brunswick», a affirmé le ministre. «Pour nous aussi, c’est l’occasion d’observer les bons points dans les autres pays, les bonnes idées qui
vont aider notre ministère de l’Éducation, le développement de l’économie, la formation post-secondaire ou la francophonie», nous a expliqué M. Kenny.
 
Pour conclure, nous nous sommes rendu compte de l’influence considérable que peut avoir la CONFEMEN dans nos salles de classe, et partout ailleurs. Ça nous a ouvert les yeux sur l’importance que le gouvernement accorde à l’éducation, contrairement à ce que les jeunes peuvent penser.

Appels d'offres et concours

Portraits et témoignages des volontaires

Malgache Assistante de projet événementiel à la Direction Régionale du Maghreb de l’Agence Universit ...
Canadienne Chargée de veille, de collecte et d’analyse de données thématiques sur la langue français ...
Française Assistante aux Services de langue française du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques e ...

Fils d’actualités

RSS Jeux de la francophonie

Fil d'actualité introuvable

La Francophonie est plurielle et dynamique

Récents sondages

Aimez-vous le nouveau Portail jeunesse ?

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX:

icon instagram violet icon facebook violet icon twitter violet